Sanatorium

11 novembre 2009 by

Si vous êtez cloué au lit pour plusieurs semaines dans un sanatorium…
ou si vous êtes sur le chômage…
ou si vous êtes barge et n’avez rien à foutre (au lieu de venir parler fort à la bibliothèque ou d’écouter des Watatatow en rafale sur nos divans devenus poisseux)

Voici une liste de lecture pour vous…

– À la recherche du temps perdu, Proust
– Ulysse, James Joyce
– L’homme sans qualités, Robert Musil
– La montagne magique, Thomas Mann
– Guerre et Paix
– Les Misérables

Et si vous êtes vieux… et ne bandez plus… : Les oeuvres complètes du Marquis de Sade…

Nelly Arcan

9 novembre 2009 by

Me réveille à 7h du matin… le 24 septembre…et on m’annonce que Nelly Arcan s’est suicidé…

Je me dis : merde quelle journée je vais passer !

La bibliothèque est ouverte depuis à peine 33 secondes que deux personnes me demandent où se trouve les bouquins de Nelly Arcan…

Bordel… Laissez lui un peu de temps… que vous êtes morbide parfois cher lecteur…

Politesse

9 novembre 2009 by

Sachez que les prochains impolis… je les place dans le pilori et leur fait lire de force (à haute voix tiens) le tome 2 du Capitaine Wilder de Anne Robillard

Si tu parles comme ça à ta mère, c’est pas de mes affaires… mais dans un lieu public, à quelqu’un que tu ne connais même pas…. une petite gêne…
ahh oui… et pour les recherches à l’ordinateur, sache petit ado atardé que je n’aide seulement que les mémés et la papis… t’es né avec ça dans les mains…
ça suffit la paresse !

Première neige

24 octobre 2009 by

Hier, j’étais au comptoir du retour et je regardais la neige tomber, les usagers par vague répétitives, les flocons tourbillonant. Je feuilletais aussi le krach parfait d’Ignacio Ramonet et je rageait dans ma barbe.

Quelques fois, lorsqu’il pleut ou neige, nous devons essuyer quelques livres qui ne furent pas protéger des intempéries ou qui furent atteint par quelques flocons ayant eu l’audace d’entrer dans le sac que l’usager trimballait.

Rien de plus normal. Un brin chiant mais normal.

Il devait être quinze heure et des poussières quand je vit une femme tenant un livre au dessus de sa tête, pour protéger ses cheveux!

Elle me remit le livre avec un bon pouce de neige sur le quatrième de couverture et retourna d’où elle venait mais cette fois, sans protéger ses cheveux.

Je n’ai pas eu la force de lui dire quoi que ce soit. Son livre portait sur les clés de la confiance en soi ou un truc du genre.

Si je la revois, je vais lui suggérer l’ignorance en soi.

Enterré vivant…

23 octobre 2009 by

Oui oui oui…
J’étais depuis tout ce temps enterré vivant chez une usagère frustrée.

Ce qui explique mon absence.

Elle était si fâché de ne pas avoir eu son exemplaire de Millenium qu’après mon quart de travail, elle m’a sournoisement tendu une embuscade près des cèdres de la ville de ****

Pourquoi moi? J’en sais rien… j’ai pourtant été poli avec elle…

Donc elle m’assène un coup du tome 2 de la série Twilight (emprunté à sa fille… je le découvris plus tard) et me traîne jusqu’à sa voiture (Dieu qu’elle était forte…!!!)
Tel un Paul Sheldon… je me suis fais torturé par une Katy Bates hurlante et à moitié folle… et par une fille au teint pâle me parlant dans un charabia runique de sorcière.

Je vous éparge les détails sanglant digne d’un livre d’un Senécal (d’ailleurs, je devrais l’appeler pour lui parler de mon histoire… enfin).

Comment je m’en suis sorti?

j’avais, sans le savoir, un exemplaire du Bruit et de la Fureur de Faulkner dans ma poche arrière…
Je lui ai fait croire qu’il s’agissait d’un nom d’emprunt du célèbre écrivain Suédois et que ce livre était en fait une oeuvre postume encore inconnue…
Après l’avoir convaincu, je lui ai fait la lecture… dès les premières pages, elle s’est mise à saigner du nez… et elle est morte au bout de son sang… je me suis défait de l’amas de livres puants qui submergeait mon corps adoniste…et me suis sauvé… sa fille était si absorbé par le tome 3 de Twilight qu’elle ne m’a même pas vu filer.
(Vous me comprendrez, en arrivant à la bibliothèque, j’ai tout de suite écrit une note à son dossier concernant son impatience et son inélégance. Et sa fille peut bien crever en paix, je lui ai mis 50$ d’amende dans son dossier.)
Enfin, l’important c’est d’être ici à nouveau…
Surtout ne me parlez plus de Twilight et de Millenium…

Hé ben…

22 octobre 2009 by

Hier, une usagère vient me voir et me dit: « heille, tu connais Conan les bibliothécaires? » d’un jeu d’acteur formidable je lui décoche un « non qu’est-ce que c’est? » et elle écrit sur un bout de papier conan les bibliothécaires, me le tend en me disant d’aller voir ça, que j’allais rire.

Samedi dans la presse, Mme Chantal Guy que nous apprécions beaucoup disait quelques mots sur nous et voilà que ce matin, chez Christiane Charette,  nous sommes cités.

Même si je suis l’un des derniers du groupe originel et comme l’attrait de Conan ne cesse de s’étendre, nous tenterons au cours des prochains jours de remettre en branle notre démarche avec des publications plus régulière et constante.

Anarchiviste

Fin d’une époque…

31 août 2009 by

Salut à vous, chers lecteurs et chères lectrices. Bien content de voir que vous êtes tous et toutes aussi nombreux et nombreuses à visiter ce site et ce, même après un si long silence radio.

Vous me connaissez sous le nom de Dewey et voilà que Conan: Les bibliothécaires, vient de me perdre potentiellement en tant que collaborateur. C’est que j’ai tiré ma révérence en tant qu’employé de bibliothèque et donc, les clients de marde ont finalement eu raison de ma santé psychologique.

Je souhaite bonne chance à tous les autres collaborateurs et collaboratrices de ce blogue et qui sait, reviendrai-je publier un billet par-ci et par-là du style « souvenirs d’antan ». Ou peut-être me starterai-je un blogue intitulé Dewey: vivre dans la rue.

Continuez à lire…

La bibliothèque en été

23 juillet 2009 by

Premièrement, tout roule au ralenti, fonctionnariat oblige, et voilà pourquoi le blogue somnole…

Mais voici de jolies anecdotes et montées de lait pour vous, assoiffés d’histoires de rayons silencieux:

1) Ne me parlez plus de la météo, j’en ai assez, et vous me faites surtout chier si vous entrez dans la bibliothèque en disant qu’on est donc bien ici, qu’il fait frais, alors que de un, moi, je travaille et aimerais mieux avoir chaud sous le soleil et que de deux, vous chiâlez et vous demandez à tout le monde que vous rencontrez si « finalement on va avoir un été? ». (Même les journaux se sont mis de la partie…)

2) Les bibliothèques publiques canadiennes offrent, l’été, la possibilité aux jeunes de s’inscrire à un club de lecture dans l’optique de les encourager à poursuivre la lecture même s’ils sont en vacances scolaires.  Il m’est arrivé de travailler pour ce dit club de lecture et hier, j’y ai vécu deux expériences fantastiques… 

A- Une petite fille se présente au comptoir du club de lecture avec son papa.  Le genre à répondre au cellulaire dans la bibliothèque et à parler à voix haute de son entreprise…, mais surtout le genre qui répond à toutes les questions que je pose à sa fille.  Je pense qu’un employé qui regarde votre enfant dans les yeux et inclus le nom de votre enfant dans la question qu’il pose ne s’adresse clairement pas à vous, faique ta gueule monsieur… (C’est pas très profond, mais bien senti)

B-Une autre fille se présente au comptoir du club de lecture et est accompagnée, elle, de sa maman.  La mère m’explique que sa fille aime beaucoup la lecture (génial!), qu’elle lit surtout des biographies (ah ouais? cool!) et qu’elle a même lu « Le voile de la peur » et « Les secrets de Norah » –2 livres dans le genre de « Jamais sans ma fille »– même si les gens lui déconseillaient de faire lire ça à son enfant (Ok.).  Et la dame de terminer son envollée par « En tous cas, là j’suis sûr que ma fille voudra jamais marier un Arabe! (…haha vraiment drôle grosse conne!) (C’est encore peu profond, mais tellement senti)

17 heures…

15 juin 2009 by

Quand on dit qu’on ferme à 17 heures… ça veut dire qu’à 17 heures, il faut que tu sois parti… pas que tu commences à choisir un livre ou consulter l’Internet ou que tu demandes du change pour tes photocopies à 17 heures…
me semble que c’est pas compliqué à comprendre… d’autant plus qu’on ferme les lumières et qu’on annonce à l’aide de notre super système de son la fermeture à 16h45…

Le message est clair je crois…

Quand on veut bien faire…

15 juin 2009 by

Définitivement, je suis en feu!  Allons-y pour une troisième anecdote.

Mais avant, juste mentionner que tout à l’heure, alors que je travaillais, un homme, comme ça, est passé devant moi au comptoir en disant: « J’ai la crotte au cul osti d’câlisse ».   Oui, moi aussi je suis ravi de vous voir monsieur.

Bon, ça c’était un bonus.  À présent, notre programme principal.

J’ai déjà travaillé dans une petite succursale avec une employée qui était sympathique uniquement avec les gens qu’elle appréciait particulièrement.  Bon, après plusieurs quarts de travail avec elle, je me suis bien aperçu qu’il y avait une bonne personne derrière tout ça, mais je m’éloigne de mon sujet.  Ladite collègue, donc, me raconte qu’en avant-midi, après avoir averti un enfant qui faisait du bruit (et ayant demandé la permission à la mère du jeune avant d’intervenir) la mère en question s’est choqué contre elle et lui en voulait d’avoir « chicané » son enfant… un malentendu entre les deux femmes probablement… enfin… à mon arrivée au travail, elle me raconte l’histoire et est bouleversée par cette altercation (je vous avais bien dit qu’il y avait une bonne personne derrière ces apparences).  Un homme arrive alors avec des livres en retard: « C’est des livres à ma femme qui sont en retards » lui dit-il.  Souhaitant être sympathique (probablement afin de se « rattraper de sa péripétie matinale) ma collègue lance à la blague: « On sait ben, c’est toujours la faute de leur femme! »

-Non, ma femme est morte.

Malaise


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.