Archives d’Auteur

La bibliothèque en été

23 juillet 2009

Premièrement, tout roule au ralenti, fonctionnariat oblige, et voilà pourquoi le blogue somnole…

Mais voici de jolies anecdotes et montées de lait pour vous, assoiffés d’histoires de rayons silencieux:

1) Ne me parlez plus de la météo, j’en ai assez, et vous me faites surtout chier si vous entrez dans la bibliothèque en disant qu’on est donc bien ici, qu’il fait frais, alors que de un, moi, je travaille et aimerais mieux avoir chaud sous le soleil et que de deux, vous chiâlez et vous demandez à tout le monde que vous rencontrez si « finalement on va avoir un été? ». (Même les journaux se sont mis de la partie…)

2) Les bibliothèques publiques canadiennes offrent, l’été, la possibilité aux jeunes de s’inscrire à un club de lecture dans l’optique de les encourager à poursuivre la lecture même s’ils sont en vacances scolaires.  Il m’est arrivé de travailler pour ce dit club de lecture et hier, j’y ai vécu deux expériences fantastiques… 

A- Une petite fille se présente au comptoir du club de lecture avec son papa.  Le genre à répondre au cellulaire dans la bibliothèque et à parler à voix haute de son entreprise…, mais surtout le genre qui répond à toutes les questions que je pose à sa fille.  Je pense qu’un employé qui regarde votre enfant dans les yeux et inclus le nom de votre enfant dans la question qu’il pose ne s’adresse clairement pas à vous, faique ta gueule monsieur… (C’est pas très profond, mais bien senti)

B-Une autre fille se présente au comptoir du club de lecture et est accompagnée, elle, de sa maman.  La mère m’explique que sa fille aime beaucoup la lecture (génial!), qu’elle lit surtout des biographies (ah ouais? cool!) et qu’elle a même lu « Le voile de la peur » et « Les secrets de Norah » –2 livres dans le genre de « Jamais sans ma fille »– même si les gens lui déconseillaient de faire lire ça à son enfant (Ok.).  Et la dame de terminer son envollée par « En tous cas, là j’suis sûr que ma fille voudra jamais marier un Arabe! (…haha vraiment drôle grosse conne!) (C’est encore peu profond, mais tellement senti)

Quand on veut bien faire…

15 juin 2009

Définitivement, je suis en feu!  Allons-y pour une troisième anecdote.

Mais avant, juste mentionner que tout à l’heure, alors que je travaillais, un homme, comme ça, est passé devant moi au comptoir en disant: « J’ai la crotte au cul osti d’câlisse ».   Oui, moi aussi je suis ravi de vous voir monsieur.

Bon, ça c’était un bonus.  À présent, notre programme principal.

J’ai déjà travaillé dans une petite succursale avec une employée qui était sympathique uniquement avec les gens qu’elle appréciait particulièrement.  Bon, après plusieurs quarts de travail avec elle, je me suis bien aperçu qu’il y avait une bonne personne derrière tout ça, mais je m’éloigne de mon sujet.  Ladite collègue, donc, me raconte qu’en avant-midi, après avoir averti un enfant qui faisait du bruit (et ayant demandé la permission à la mère du jeune avant d’intervenir) la mère en question s’est choqué contre elle et lui en voulait d’avoir « chicané » son enfant… un malentendu entre les deux femmes probablement… enfin… à mon arrivée au travail, elle me raconte l’histoire et est bouleversée par cette altercation (je vous avais bien dit qu’il y avait une bonne personne derrière ces apparences).  Un homme arrive alors avec des livres en retard: « C’est des livres à ma femme qui sont en retards » lui dit-il.  Souhaitant être sympathique (probablement afin de se « rattraper de sa péripétie matinale) ma collègue lance à la blague: « On sait ben, c’est toujours la faute de leur femme! »

-Non, ma femme est morte.

Malaise

Vrai mensonge (mais sans Arnold Schwartzi chéri)

15 juin 2009

Un homme pour qui l’accès au laboratoire informatique est interdit (probablement parce qu’il était allé voir des sites de demoiselles pas ben ben habillées) se présente à la bibliothèque et désire aller sur internet.  Comme il a enfreind le règlement, il est avisé qu’il ne peut plus utiliser ce service.  Alors débute un joli spectacle.  Notre homme répond qu’un certain monsieur X de l’informatique lui a donné la permission et que nous n’avons qu’à l’appeler.  Cependant, monsieur X n’existe pas réellement, mais ne le lui disons pas tout de suite et laissons le plutôt poursuivre son entreprise.  Suite à mon refus de contacter le fameux « monsieur X », notre gentil protagoniste quitte la bibliothèque. 

 « DRING! »  fit le téléphone. 

« Bibliothèque de **** bonjour! » fis-je. 

« Oui, bonjour, ici monsieur X, j’appèle pour vous dire que Antoine (nom fictif) peut aller sur internet. » me répond la voix.

« Je te reconnais Antoine » fini-je

10 sous par livre, par jour

15 juin 2009

À la bibliothèque pour laquelle je travaille, l’amende pour les documents rapportés en retard est de « 10 sous par livre, par jour ».  Un jour que je supervise une nouvelle employée dans son travail, une dame se présente au comptoir et a, à son dossier, une amende de 20 sous.  J’informe donc la nouvelle employée qu’elle doit en aviser l’usager.  La chose faite, notre « tite-madame » s’enflamme et crie à son mari de venir, qu’il y a un problème.  Le mari est informé de l’amende au dossier et s’insurge contre nous et nous lance « vous le verrez pas votre argent ».

J’hésite entre les juger fortement ou bien trouver qu’ils font pitié et me dire que peut-être au fond, ces 20 sous leur étaient effectivement très importants…

L’art et le peuple

6 avril 2009

La bibliothèque pour laquelle je travaille se donne pour mission de mettre en contact ses usagers avec l’art (plastique).  Nous avons donc droit à toutes sortes d’expositions, de plus ou moins (souvent moins?  c’est tellement subjectif) bonne qualité.

J’ai décidé que c’est aujourd’hui que je vous révélais celle qui m’a le plus marqué.

Je qualifierais l’oeuvre présentée comme étant une « trace » d’une performance artistique. 

Matériaux utilisés par l’artiste: toilette, siège de toilette, mur et selles (probablement les siennes).

Toujours sans nom, j’intitulerais cette exposition: signe d' »interdit » sur réservoir, lunette recouverte et traînée sur le mur exhumant un doux parfum.

C’était… marquant!

Les enfants et la bibliothèque publique

2 avril 2009

Jeune, mes parents m’ont inscrit à la bibliothèque publique et nous allions régulièrement y emprunter des livres.   Ces souvenirs sont vagues, surtout quelques impressions, quelques images et quelques lecture me sont restées en tête.

Aujourd’hui, lorsque que je vois des jeunes avides de lecture, je ne peux qu’être fier d’eux et assuré qu’ils auront de la facilité en français et que les livres leur permettront de développer leur imaginaire.

C’est pourquoi, quand j’entend un parent encourager son enfant à poursuivre ses lectures avec de jolies phrases du genre:

-Pourquoi tu lis ça?

-Voyons donc, c’est ben trop gros, tu l’finiras jamais.

-Tu liras jamais tous ces livres-là, prends-en moins!

-J’comprend pas c’que t’aime là-dedans, tu retiens pas de moi certain.

ou même

-Ben oui, mais y’a même pas d’images!

Je ne peux que comprendre pourquoi le monde ne va pas bien et pourquoi il y a autant de monde cave sur cette Terre.

À tous ces enfants en manque d’encouragement sincères, persévérez, lisez ce qu’il vous plaît et comme il vous plaît.  Vous ne faites que feuilleter un documentaire sur les chats? Super!  Vous inventez une histoire en regardant les images d’un album? Génial!  Vous sautez des pages en lisant un roman avec ou sans images? Bravo!

Poursuivez vos lectures et envoyez chier vos parents incompréhensifs!!!

Bon… d’accord, il y a ausse des parents qui prennent le temps de choisir des livres avec leurs enfants et même d’en lire avec eux à la bibliothèque même. Super! Génial! Bravo!

Et enfin, pour terminer, si vous allez à la bibliothèque et que votre enfant est dérangeant, vous pouvez le lui dire et lui expliquer que dans une bibliothèque, on doit être discret!  À moins que vous même ne le sachiez pas et que vous êtes du genre à rentrer à la bibliothèque en criant aux employés à 10 mètres de vous que vous venez chercher votre réservation de « La saga des Grégoire » et que, en passant, y fait donc beau dehors et que c’est donc le fun!…

Entendu à Montréal

1 avril 2009

Lu sur le site « entendu à Montréal »

Une mère :

— Je cherche pour mon fils un livre sur les dinosaures avec de vraies photos. J’en trouve juste avec des dessins.
— Les photos de dinosaures sont rares, madame.

Entendu par Gabrielle, à la bibliothèque.

nouveau dans les blogs

1 avril 2009

Je suis tout nouveau dans la blogosphère et je dois admettre que j’aime l’idée du blog sur la vie dans les bibliothèques.

J’aimerais (et probablement que ça existe déjà, mais j’ai tout simplement pas fait la recheche) que les gynécologues fassent la même chose.  Là, on aurait une foule de jolies et odorantes anecdotes!!!

Dans cet optique: un recueil de nouvelles érotiques qui nous est retourné gommant, c’est dégoûtant…

burp!

1 avril 2009

Bon… l’élément qui fait que je remarque ta présence dans la bibliothèque, c’est le rot que tu as lâché en rentrant (sans t’excuser qui plus est).

D’accord… je te juge.

Mais quand tu m’arrives au comptoir et que tu empruntes un disque d' »Éric Lapointe », un de « Noir Silence » et un de « La Chicane ».

Là… je te juge encore plus et je comprend enfin… c’est ça, t’es une merde.

Quelle date?

30 mars 2009

-Bonjour!

-Bonjour.

-Hey, Pâques c’est quand c’t’année?

(bon… d’accord la bibliothèque est un lieu de culture et il n’y a pas de question idiote…)

-C’est le 12 avril.

-Ok.

-Ça passé près d’être un vendredi 13 cette année…

(rires)

-Ok.  Mais c’est quel jour cette année?

-…